Voyage en lozère
Article mis en ligne le 26 juin 2009
dernière modification le 6 juillet 2009

Compte-rendu d’une élève du groupe 4 de randonnée.

Cliquez sur les photos pour mieux les voir en meilleure couleur.

Nous étions accompagnés par M Laumailler, M Lafuma et Mme Morlet. Notre groupe était lui-même découpé en 5 petits groupes qui avaient des taches différentes dans le temps de la randonnée.

1La randonnée.

Avant la randonnée, nous avions 4 heures de bus. Nous avons été obligés de nous arrêter pour manger notre pique-nique.
Elle était partagée en 4 parties :
- Le premier jour, nous avons parcouru 11 km de Meyrueis

à Aiguebonne. Nous avons parcouru la distance plus vite que prévu. Nous avons fait un « parcours du combattant » nommé par les profs accompagnateurs « raccourci ». Au point culminant, Pierre Plantée, nous prenons le goûter. Une demi-heure après, nous arrivons au gîte. M Laumailler entre pour avoir les clés et nous, élèves et autres profs, restons dehors sous un début de pluie.

- Le deuxième jour était coupé en deux parties allant ensemble de Aiguebonne à La Viale. Le tout faisait 26 km. Nous passons deux causses, le causse Noir et le causse Méjean. Nous mangeons à midi un bon taboulé aux Douzes, aux bords de la Jonte.


Certains garçons se risquent à nager dans la rivière, plutôt froide d’ailleurs. Nous arrivons dans un gite plus moderne. Plusieurs ampoules ainsi que beaucoup de courbatures et de coups de Soleil apparaissent. Au menu du soir, saucisse-purée.

- Le troisième jour, nous devions aller de la Viale à St-Rom de Dolan.


Heureusement (pour nos pieds !!), peu après le Viala, un des chemin à suivre était sur la carte mais plus au sol. Nous avons finalement parcouru 18,5 km. Avant la pause de midi, nous croisons un des groupes qui vient de démarrer sa randonnée. Nous mangeons un peu plus loin, sur le lieu du chemin disparu. Après manger, pendant que Mme Morlet parcourt les environs à la recherche du chemin, une bataille de pommes de pin s’engage. Il n’y a pas de photo car sortir un appareil dans ce champ de bataille était comme essayer de le lancer sous un bulldozer. Finalement, nous arrivons aux Vignes où nous retrouvons le groupe de Mme Soumah. Baignade dans le Tarn en attendant le car puis on démarre pour le centre.

2 Gîte, boom et autres histoires.

- Notre gîte appartient à un complexe de vacances, Didrick. Nous sommes très bien entourés et avons de bons repas.
- La boom s’est déroulée le dernier soir, dans le bâtiment des garçons. Nous fournissions la musique et Mme Blanc la mettait en ordre. Au début, seulement quelques filles dansaient. Puis elles sont toutes sorties pour aller chercher les garçons et les autres filles. Pour prendre ses photos, M Laumailler est venu, peu après que M Lafuma soit venu pour danser. Doucement, la salle s’est remplie d’élèves comme de prof. M Lafuma nous a révélé ses talents de danseur.

3 La spéléo.

Nous partons en deux mini bus avec deux accompagnateurs et un prof, M.Delore. Nous nous arrêtons à 2 minutes à pied de la grotte afin de pouvoir nous équiper. Chacun revêt une combinaison et un casque. Nous avons le choix entre une lampe électrique et une lampe acétylène.

Je suis la seule parmi les filles à prendre cette dernière.
Nous nous séparons en deux groupes, un par accompagnateur, le groupe des filles avec M.Delore et le groupe des garçons. Notre groupe part le premier. Nous faisons de fréquentes pauses afin d’expliquer ce que nous voyons. La grotte où nous sommes est une grotte calcaire. Avant d’arriver au fond de la grotte, nous passons dans un passage étroit que nous prendrons au retour. Avant de sortir de la grotte, nous passons par un passage très mince : « le passage des lutins ». Nous avons croisé les garçons au fond de la grotte ainsi qu’un groupe, lui aussi encadré par Didrick.

4 L’accro branche.
Après un bon repas, nous repartons, cette fois en un seul car. A l’arrivée, nos deux accompagnateurs nous attendent déjà. Nous nous préparons (baudrier, dépôt des objets de valeurs) et faisons un mini cours afin de connaître les rudiments de l’accro branche. Ce parc contient 4 parcours, découverte, émotion, frisson et frisson+. Nous ne faisons que les trois derniers en compagnie de Mmes. Suma, Blanc et Simon. Entre les tyroliennes, les ponts de bois, les échelles, les cordes, les plates-formes et les autres, nous n’avons pas une minute. Plusieurs des poulies nous permettant de faire les tyroliennes tombent « par hasard ». A la fin, la grande tyrolienne fait une grosse centaine de mètres de long.

5L’escalade.

Bonne nuit de sommeil puis départ en deux minibus. Nous arrivons au mur naturel , nommé le cirque. Au début, cinq voies sont déjà prêtes. Chacun met son baudrier et nous apprenons à assurer. Nous commençons par groupes de trois, puis par groupes de deux. Au fur et à mesure que les accompagnateurs nous évaluent, ils ajoutent de nouvelles cordes. Ils nous proposent même une voie qui n’a pas été réussie depuis dix ans. Un garçon du groupe, Gautier Avenas, parvient en haut de la voie incurvée. Dix minutes avant notre départ, nous nous dirigeons vers un tunnel de plus de 100 mètres de long et plongé dans une obscurité totale. Nous devons progresser à l’intérieur dans le noir total et arriver au bout le plus vite possible. Nous partons en bloc sans accompagnateur. Au milieu du tunnel, se dresse un petit filet que nous devons passer. Le plafond changeant de hauteur est la seule difficulté. Certains auraient « triché » avec un briquet.

Ce stage était très bien. Nous avons découvert un autre cote de chacun en ces activités où chacun devait développer ses qualités physiques et morales

Si vous souhaitez plus de photos, aller sur http://dl.free.fr/lU9cos3Pl et télecharger le zip. Il contient 99 photos.
Je remercie MM. Delore et Laumailler qui m’ont fournis ces photos.


Dans la même rubrique

diaporama lozère 2009
le 27 août 2009